Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Yennayer, journée chômée et payée : les réactions

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Yennayer, journée chômée et payée : les réactions


    La décision du président Abdelaziz Bouteflika, de consacrer Yennayer journée chômée et payée dès le 12 janvier 2018, a suscité la réaction de plusieurs personnalités politiques et économiques.

    Bedoui : “La décision du président de la République, Abdelaziz Bouteflika de consacrer Yennayer (12 janvier) journée chômée et payée à partir du 12 janvier 2018, annoncée mercredi lors de la réunion du Conseil des ministres, est une décision historique qui s’inscrit dans le cadre d’une vision éclairée visant à consacrer les valeurs nationales”, selon l’APS.

    Messahel sur Twitter : « Le président de la République Abdelaziz Bouteflika consacre Yennayer journée chômée et payée dès le 12 janvier prochain », avant d’enchainer pour qualifier cette décision de « mesure qui conforte les fondements de l’identité algérienne et l’unité nationale ».

    RND : « C’est une réponse aux aspirations de tous les Algériens »

    Du côté des partis politiques, le RND a salué la nouvelle décision du président de la République qu’il a qualifiée de « réponse aux aspirations des Algériennes et des Algériens à travers le territoire national », peut-on lire sur la page Facebook du parti.

    Pour le RND, la décision de Bouteflika « va marquer l’histoire », et intervient après « l’officialisation de Tamazight en tant que langue nationale ».
    TAJ sur les traces du RND

    Même son de cloche chez Tajamoue Amel El Djazair (TAJ). Le parti d’Amar Ghoul s’est empressé pour affirmer qu’il était le premier parti à avoir plaidé pour constituer Yennayer comme fête nationale et journée chômée payée.

    Ghoul n’a pas caché, au nom de son parti, sa gratitude au président de la République Abdelaziz Bouteflika suite à cette décision qui constituera selon lui « une empreinte glorieuse pour l’histoire antique de l’Algérie ».

    Atmane Mazouz (RCD) sur Twitter: « En attendant la mise en œuvre effective de l’officialisation de Tamazight, Yennayer est un jour de fête chômé et payé ».

    Ali Haddad : « Consacrer Yennayer journée chômée et payée et accélérer la création de l’Académie algérienne de la langue amazighe, vont dans le sens de la préservation de notre héritage identitaire », a-t-il réagi sur sa page Facebook. Et d’ajouter : « Ces avancées majeures viennent s’ajouter à celles déjà enregistrées sous l’impulsion de notre président de la République qui a élevé dans la Constitution Tamazight langue nationale et officielle ».

    Kamel Daoud, écrivain et journaliste sur Facebook : « Yennayer, jour de fête désormais journée chômée et payée. Parce que certains n’ont pas chômé le long des décennies, et qu’ils l’ont payé de leurs vies. Décision à saluer, sur le long chemin de la guérison de nos racines, en attendant nos récoltes ».

    Si El-Hachemi Assad, secrétaire général du Haut-Commissariat à l’Amazighité (HCA) : “Nous saluons cette mesure et nous rendons hommage au Président Abdelaziz Bouteflika pour sa décision annoncée mercredi en Conseil des ministres, à travers laquelle il réaffirme, encore une fois, qu’il est toujours au rendez-vous avec l’Histoire, porteur d’une vision d’avenir au service de la stabilité du pays et de l’unité nationale ».

    Nourdine Ait Hamouda, député indépendant de Tizi Ouzou, a écrit sur sa page Facebook qu”enfin Yennayer prend la place qui lui sied”, saluant “cet autre acquis historique du combat identitaire” qui doit être parachevé par “la mise en place de l’Académie de la langue amazighe qui assurera sa promotion”.

    Le FFS, par la voix de son membre dirigeant, Hassen Ferli, a estimé, quant à lui, que la décision du chef de l’État “est le fruit d’un long combat mené par le FFS depuis toujours en faveur de la promotion de la langue et de la culture amazighes”, soulignant que “seule la lutte pacifique paye”.

    Le FLN, par la voix de son député Said Lakhdari, a salué la décision du chef de l’État qui “a agi dans le sens de renforcer davantage l’unité du peuple algérien”, a-t-il souligné.

    Le député du parti Front El Moustakbel, Khaled Thazagharth s’est, de son côté, félicité de cette consécration, qualifiant la décision du président de la République de “courageuse” et augure d’un “avenir meilleur” pour le pays.

    Cette décision a été également saluée par le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), Djamel Ben Abdeslam qui a émis le vœu de voir la culture et la langue amazighes bénéficier d’autres acquis à l’avenir.


    La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, a indiqué que cette consécration est “une mesure importante qui vient en parachèvement” de toutes les mesures prises dans le cadre de la reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle.

    Elle a rappelé que durant l’année scolaire 2016/2017, plus de 27.000 établissements éducatifs, répartis à travers tout le territoire national, ont célébré le nouvel an amazigh, ajoutant que Tamazight est enseigné actuellement dans 38 wilayas contre 11 wilayas en 2014.


    TSA
    Anarez wala neknu...

  • #2
    A annaba on a jamais feté ça, d ailleurs on connait pas yennar, tant mieux pour les fonctionnaires
    Dernière modification par Tim99, 29 December 2017, 22h31.
    لقد وصلت إلى المرحلة التي لم يعد فيها بوسعي محاكات لبيرات و الاغبياء أي أغلب الشعب الجزائري

    Commentaire


    • #3
      Voilà un grand concert d'unanimisme après que le zaïm ait pris décision, bonne quoique assez tardive

      Commentaire


      • #4
        on ne peut que se féliciter d'une telle décision et remercier ceux qui se sont battu pour l'identité Amazigh.
        Anarez wala neknu...

        Commentaire


        • #5
          Je ne connaissais pas cette fête, kouchi mabrouk c'est bien pour l'unité du pays en ses temps des grands troubles.
          Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque choses, alors essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez qui peut empêcher l'autre de dormir.
          Dalaï- Lama

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par lionne Voir le message
            Je ne connaissais pas cette fête, kouchi mabrouk c'est bien pour l'unité du pays en ses temps des grands troubles.
            C'est le symbole d'une Algérie qui se réconcilie petit à petit avec son passé amazigh, ,

            Allahoum astar el Jazaïr men charr el 3adyan

            Commentaire


            • #7
              Yennayer, aussi appelé "Ras el aâm" ou "Laâdjouza" a toujours été fêté en Algérie...

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par Tinhinane Voir le message
                on ne peut que se féliciter d'une telle décision et remercier ceux qui se sont battu pour l'identité Amazigh.
                les Kabyles sont méprisants, ils nous sortent 100 victimes chaque instant, et oublient intentionnellement les victimes de la décennie noire

                LES kabyles se croient plus supérieurs que tout le reste des Algériens berbères ou Arabes

                Commentaire


                • #9
                  mon cul

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par biman Voir le message
                    mon cul
                    Hahaha Biman , tu m'as tué dans cette belle journée ensoleillée
                    لقد وصلت إلى المرحلة التي لم يعد فيها بوسعي محاكات لبيرات و الاغبياء أي أغلب الشعب الجزائري

                    Commentaire

                    Chargement...
                    X