Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Plainte pour viol déposées contre T. Ramadan

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #76
    Tariq Ramadan_UNIVERSITE D'OXFORD

    Je tiens à saluer la prise de position de l’Université d’Oxford depuis le début de cette affaire. Elle a défendu le principe de la présomption d’innocence sans minimiser la gravité des allégations portées contre moi. Elle a en outre toujours considéré qu’il était impératif de répondre aux questions des étudiants et d’assurer leur sécurité. Contrairement à ce qui a déjà été rapporté par la presse francophone, j’ai donc pris un congé, d’un commun accord avec l’Université d’Oxford, qui me permettra de me consacrer à ma défense tout en respectant le besoin des étudiants d’évoluer dans un espace serein. Ci-dessous notre communiqué commun :

    « D’un commun accord, et avec effet immédiat, Tariq Ramadan, Professeur d’Etudes islamiques contemporaines, a pris un congé de l’Université d’Oxford. Les obligations d’enseignement, de supervisions et d’examens du Professeur Ramadan seront redistribuées et il ne sera pas présent à l’Université ou au Collège. L’Université a constamment reconnu la gravité des allégations portées contre le Professeur Ramadan, tout en insistant sur l’importance d’un juste équilibre, du principe de justice et du respect de la procédure. Un congé mutuellement accepté n’implique aucune présomption ni acceptation de la culpabilité et permet au Professeur Ramadan de se concentrer sur les allégations très sérieuses qui sont portées contre lui et qu’il conteste catégoriquement. Dans le même temps cela nous permet de nous concentrer sur notre principale préoccupation : tenir compte du désarroi important et compréhensible en mettant au premier plan le bien-être de nos étudiants et de notre administration. »
    Dernière modification par Tim99, 07 November 2017, 16h37.
    هدف الضباع دائما ثابت، وهو إقتناص الفرص

    Commentaire


    • #77
      Tariq Ramadan prend un avocat suisse, connu pour son islamophobie décomplexée

      Tariq Ramadan prend un avocat suisse, connu pour son islamophobie…

      Tariq Ramadan prend un avocat suisse, connu pour son islamophobie décomplexéeLe quotidien suisse Le Temps révèle, dans son édition du 8 novembre, que Tariq Ramadan s’est adressé à l'avocat Marc Bonnant pour attaquer les 4 dénonciatrices anonymes qui l’accusent d’avoir profité de sa position d’enseignant pour abuser d’elles, il y a 25 ans de cela. Ironie de la situation : Marc Bonnant est un islamophobe pleinement assumé. Le 23 mai 2017, le quotidiende Suisse Romande 24 heures rapportait ses propos prononcés au cours d'une plaidoirie, où il défendait Jean-Luc Addor, le conseiller national valaisan de l’UDC, l’extrême droite helvète, « accusé de discrimination raciale ». « Le ténor du barreau s’engage alors sur la corde raide en justifiant l’islamophobie: La peur de l’islam est légitime, salutaire. C’est même un devoir sacré.


      S’adressant aux magistrats valaisans, il leur prédit «qu’un jour leurs filles porteront le niqab et que leurs fils prieront à La Mecque .



      Publié par Oumma.com sur jeudi 9 novembre


      Le quotidien suisse Le Temps révèle, dans son édition du 8 novembre, que Tariq Ramadan s’est adressé à l’avocat Marc Bonnant pour attaquer les 4 dénonciatrices anonymes qui l’accusent d’avoir profité de sa position d’enseignant pour abuser d’elles, il y a 25 ans de cela. Ironie de la situation : Marc Bonnant est un islamophobe pleinement assumé. Le 23 mai 2017, le quotidien de Suisse Romande 24 heures rapportait ses proposprononcés au cours d’une plaidoirie, où il défendait Jean-Luc Addor, le conseiller national valaisan de l’UDC, l’extrême droite helvète, « accusé de discrimination raciale ». « Le ténor du barreau s’engage alors sur la corde raide en justifiant l’islamophobie: La peur de l’islam est légitime, salutaire. C’est même un devoir sacré. S’adressant aux magistrats valaisans, il leur prédit «qu’un jour leurs filles porteront le niqab et que leurs fils prieront à La Mecque ».

      Dans un article paru, le 6 novembre 2011, dans le Matin Dimanche, Me Bonnant écrivait : « L’islam est viril, non seulement par le sort détestable qu’il réserve aux femmes, mais parce qu’il est conquérant, dominateur, arrogant, expansionniste et prosélyte. Autant de raisons d’armer notre résistance. Tolérer l’islam, ce n’est pas l’accueillir. Il est même légitime d’être islamophobe. La détestation est salutaire. Elle divise, mais elle soude aussi autour d’une identité revendiquée ».Le 13 novembre 2011, sur son blog, Hani Ramadan, le frère de l’islamologue suisse, rétorquait à Marc Bonnant dans le Matin Dimanche : « Votre discours est semblable à celui des aristocrates qui sous l’Europe nazie ont fait l’éloge de l’antisémitisme ».

      C’est à un islamophobe notoire, avec lequel il a débattu à la télévision suisse, que Tariq Ramadan a confié sa défense dans une affaire qui a dépassé les frontières hexagonales

      Anarez wala neknu...

      Commentaire


      • #78
        La face cachée de Tarik Ramadan

        Menaces, insultes, diffamation. Tous les musulmans qui ne font pas allégeance au petit-fils d’Hassan Al-Banna, Tariq Ramadan, déclenchent son courroux. Une chronique de Ian Hamel
        En septembre 1994, Tariq Ramadan, professeur de français dans un collège de Genève, crée l’association Musulmans, Musulmanes de Suisse (MMS) et se bombarde président, sans tenir compte du fait que la plupart des musulmans de Suisse ne viennent pas d’Afrique du Nord mais de Turquie, de Bosnie, du Kosovo, et vivent en Suisse alémanique. Dès le 16 décembre 1994, Tariq Ramadan organise le premier congrès du MMS. Les musulmans ne se bousculent pas pour répondre à son appel. Qu’à cela ne tienne, il fait venir par bus entiers de l’Hexagone des militants de l’union des organisations islamiques de France (UOIF), proches des Frères musulmans, notamment Malika Dif et Hassan Iquioussen.

        Mais une journaliste du magazine suisse L’Hebdo révèle le pot aux roses, titrant « Les musulmans de Suisse étaient… français ». Elle raconte qu’à l’intérieur du congrès, les non musulmans et les journalistes auraient été traités d’« insectes ». Tariq Ramadan ne s’en relève pas. Il décide d’abandonner la Suisse pour la France.

        Faux professeur à Fribourg

        Aujourd’hui encore, le petit-fils d’Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères musulmans égyptiens, peine à se faire entendre sur les bords du lac Léman. Le Centre islamique de Genève, créé en janvier 1961 par Saïd Ramadan, le gendre d’Hassan Al-Banna, aujourd’hui dirigé par son fils Hani Ramadan, le frère de Tariq, est considéré par beaucoup de musulmans comme une secte obscurantiste. C’est sans doute la seule mosquée en Europe appartenant exclusivement à une seule famille, les Ramadan. Quant à Tariq Ramadan, il n’a pas laissé que de bons souvenirs en Suisse. Enseignant, il séchait très souvent sa classe, critiquait ses collègues. Dans son livre Les Musulmans dans la laïcité, publié en 1994, il écrit en page 175 que les cours de biologie, d’histoire et de philosophie « peuvent contenir des enseignements qui ne sont pas en accord avec les principes de l’islam ».

        Et surtout, il adresse des chroniques dans les journaux, notamment dans “Le Monde”, pour réclamer « un moratoire sur l’application de la charia ». Il se présente comme « professeur de philosophie et d’islamologie à l’université de Fribourg ». Or, il n’est ni professeur, ni même assistant. Tariq Ramadan se contente de donner bénévolement chaque semaine un exposé d’une heure sur l’islam aux étudiants fribourgeois. Néanmoins, c’est cette carte de visite biaisée qui lui permet de se faire passer à l’étranger pour un universitaire. « Malgré un bagage intellectuel assez léger, Ramadan se prévaut aujourd’hui d’enseigner à Oxford. Il oublie simplement de préciser que sa chaire universitaire est financée intégralement par le Qatar », souligne Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité à la DGSE. Pour mémoire, en sortant son chéquier, l’un des fils de Kadhafi avait obtenu un doctorat d’une université britannique, ne se donnant même pas la peine de le rédiger lui-même.

        Des guetteurs sur la Toile

        Charles Genequand, spécialiste du monde arabe à l’université de Genève, n’a jamais été convaincu par le sérieux de Tariq Ramadan. Il lui a refusé sa thèse portant sur le réformisme islamique et Hassan Al-Banna. Les raisons ? Tariq Ramadan tentait de faire passer son grand-père pour un Gandhi musulman. « Non seulement, il refusait d’apporter des corrections à sa thèse, mais il harcelait les membres du jury pour l’obtenir au plus vite », se souvient Charles Genequand.

        Témoignage confirmé par Ali Merad, professeur émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III et auteur de trois “Que sais-je ?” sur l’islam. Tariq Ramadan est allé jusqu’à le menacer d’une plainte universitaire s’il n’obtenait pas son doctorat. « J’ai été directeur de thèse pendant près de quarante ans en France, en Belgique, en Suisse. Je n’ai jamais vu un étudiant se conduire de la sorte », a témoigné Ali Merad (1). À cette époque, Tariq Ramadan décrochait lui-même son téléphone pour insulter et menacer tous ceux qui n’appréciaient pas à sa juste mesure son talent.

        Aujourd’hui, il peut compter sur des dizaines de guetteurs sur la Toile. « Il suffit que j’écrive trois lignes sur Internet un peu critique vis-à-vis de Tariq Ramadan pour que je reçoive immédiatement une cinquantaine de messages plus que désagréables de la part de ses sbires », dénonce Ahmed Benani, politologue et anthropologue à l’université de Lausanne, décédé voici un an. « Tariq Ramadan n’est qu’une icône télévisuelle. Où sont ses travaux universitaires ? Aucun chercheur, qu’il s’agisse d’Olivier Roy, de Gilles Kepel, de Rachid Benzine, de feu Mohammed Arkoun ou d’Abdelwahab Meddeb ne l’a jamais pris au sérieux », lâche Ahmed Benani, qui a connu à Genève Saïd Ramadan, le père d’Hani et de Tariq Ramadan, disparu en 1995.

        Les musulmans privés de parole

        Même son de cloche de la part de Mohamed-Chérif Ferjani, islamologue et professeur à l’université Lyon-2. « Les insultes ? Je ne prends même plus le temps de les lire. En revanche, Tariq Ramadan n’ose pas m’affronter directement. J’ai dénoncé ses multiples mensonges dans mon livre Le politique et le religieux dans le champ islamique (2) ». Pour enjoliver l’image d’Hassan Al-Banna, Tariq Ramadan gomme systématiquement le caractère militaire et violent des Frères musulmans, en traduisant par exemple « jundî », non pas par « soldat », mais par « militant », et « katîba » par « cercle » au lieu de « brigade » ou « phalange ». Plus grave, il oublie de rappeler qu’Hassan Al-Banna prônait le califat « comme la seule forme possible de l’Etat islamique ». « Une bonne partie des attaques sur Internet sont pilotées par des professeurs d’université français. Ils demandent à leurs étudiants-chercheurs d’insulter tous ceux qui émettent des doutes sur les compétences de Tariq Ramadan », assure Mohamed-Chérif Ferjani.

        « Bien évidemment, Tariq Ramadan a beau jeu de prétendre qu’il n’y ait pour rien. Mais je constate qu’il n’a jamais pris ses distances avec les insultes et les menaces proférées par ses acolytes. Ces derniers s’en prennent tout spécialement aux intellectuels d’origine musulmane. Le but est de créer un climat détestable et de tout faire pour empêcher les musulmans, qui ne partagent pas les idées de Ramadan, de s’exprimer », commente Haoues Seniguer, maître de conférence en science politique à Sciences Po Lyon. « C’est d’autant plus désagréable que les écrits de ce personnage méprisant manquent terriblement d’épaisseur scientifique. Un élément significatif : les lacunes révélatrices en matière de culture islamologique où les références à des penseurs tels que Rachid Benzine, Nasr Hâmid Abû Zayd, ou Mohamed Arkoun sont systématiquement absentes, voire écartées, car elles ne cadrent pas avec son système idéologique global ».

        La bouche tordue par la haine

        Même son de cloche de la part de Dominique Avon, agrégé d’histoire, licencié d’arabe, professeur à l’université du Maine, spécialiste des religions : « Dans Muhammad, vie du prophète, Tariq Ramadan s’en tient à un discours de traditionniste en présentant Adam comme le premier prophète ! Adam est une figure mythique, aucun autre universitaire un peu sérieux n’oserait écrire ce genre de chose », souligne-t-il, ajoutant que « celui qui se présente comme islamologue n’utilise jamais la moindre source académique pour parler des premiers siècles de la religion musulmane ». Ses seules références sont le Coran, les Hadiths (les actes et les paroles du prophète) non soumis à la critique historique, et quelques commentateurs médiévaux soigneusement sélectionnés.

        Face à des contradicteurs, Tariq Ramadan abandonne très vite son sourire de miel, pour éructer, la bouche tordue par la haine. Le docteur Bakary Sambe, enseignant-chercheur au centre d’étude des religions, UFR des civilisations, arts et communication, à l’université Gaston Berge, à Saint-Louis du Sénégal, en a fait la triste expérience. « Alors qu’en France, il se vante d’être pleinement européen. En Afrique, il désigne l’Occident comme l’origine de tous les maux des musulmans. Sur l’intervention française au Mali, il adopte exactement la même position que les Frères musulmans, le Tunisien Rachid Ghannouchi et l’Egyptien Mohamed Morsi », rappelle Bakary Sambe. Mais pour s’être opposé à Tariq Ramadan, l’universitaire sénégalais a été présenté comme « anti-arabe » et même « pro-israélien », dans des écrits adressés à des étudiants musulmans, jusqu’aux Etats-Unis. « J’ai été obligé d’écrire un article en anglais pour contrer tous les mensonges que Tariq Ramadan proférait à mon égard », dénonce le chercheur africain.


        Mondafrique


        Ian Hamel, « La vérité sur Tariq Ramadan. Sa famille, ses réseaux, sa stratégie », Editions Favre, 2007.
        Mohamed-Chérif Ferjani, « Le politique et le religieux dans le champ islamique », Fayard, 2005.
        Iverdan macci yiwen, maca ttawin yak d asawen

        Commentaire


        • #79
          "On ne lance des pierres à un arbre que quand celui-ci porte ses fruits." hadith

          Commentaire


          • #80
            Envoyé par baouz Voir le message
            La face cachée de Tarik Ramadan

            Menaces, insultes, diffamation. Tous les musulmans qui ne font pas allégeance au petit-fils d’Hassan Al-Banna, Tariq Ramadan, déclenchent son courroux. Une chronique de Ian Hamel
            En septembre 1994, Tariq Ramadan, professeur de français dans un collège de Genève, crée l’association Musulmans, Musulmanes de Suisse (MMS) et se bombarde président, sans tenir compte du fait que la plupart des musulmans de Suisse ne viennent pas d’Afrique du Nord mais de Turquie, de Bosnie, du Kosovo, et vivent en Suisse alémanique. Dès le 16 décembre 1994, Tariq Ramadan organise le premier congrès du MMS. Les musulmans ne se bousculent pas pour répondre à son appel. Qu’à cela ne tienne, il fait venir par bus entiers de l’Hexagone des militants de l’union des organisations islamiques de France (UOIF), proches des Frères musulmans, notamment Malika Dif et Hassan Iquioussen.

            Mais une journaliste du magazine suisse L’Hebdo révèle le pot aux roses, titrant « Les musulmans de Suisse étaient… français ». Elle raconte qu’à l’intérieur du congrès, les non musulmans et les journalistes auraient été traités d’« insectes ». Tariq Ramadan ne s’en relève pas. Il décide d’abandonner la Suisse pour la France.

            Faux professeur à Fribourg

            Aujourd’hui encore, le petit-fils d’Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères musulmans égyptiens, peine à se faire entendre sur les bords du lac Léman. Le Centre islamique de Genève, créé en janvier 1961 par Saïd Ramadan, le gendre d’Hassan Al-Banna, aujourd’hui dirigé par son fils Hani Ramadan, le frère de Tariq, est considéré par beaucoup de musulmans comme une secte obscurantiste. C’est sans doute la seule mosquée en Europe appartenant exclusivement à une seule famille, les Ramadan. Quant à Tariq Ramadan, il n’a pas laissé que de bons souvenirs en Suisse. Enseignant, il séchait très souvent sa classe, critiquait ses collègues. Dans son livre Les Musulmans dans la laïcité, publié en 1994, il écrit en page 175 que les cours de biologie, d’histoire et de philosophie « peuvent contenir des enseignements qui ne sont pas en accord avec les principes de l’islam ».

            Et surtout, il adresse des chroniques dans les journaux, notamment dans “Le Monde”, pour réclamer « un moratoire sur l’application de la charia ». Il se présente comme « professeur de philosophie et d’islamologie à l’université de Fribourg ». Or, il n’est ni professeur, ni même assistant. Tariq Ramadan se contente de donner bénévolement chaque semaine un exposé d’une heure sur l’islam aux étudiants fribourgeois. Néanmoins, c’est cette carte de visite biaisée qui lui permet de se faire passer à l’étranger pour un universitaire. « Malgré un bagage intellectuel assez léger, Ramadan se prévaut aujourd’hui d’enseigner à Oxford. Il oublie simplement de préciser que sa chaire universitaire est financée intégralement par le Qatar », souligne Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité à la DGSE. Pour mémoire, en sortant son chéquier, l’un des fils de Kadhafi avait obtenu un doctorat d’une université britannique, ne se donnant même pas la peine de le rédiger lui-même.

            Des guetteurs sur la Toile

            Charles Genequand, spécialiste du monde arabe à l’université de Genève, n’a jamais été convaincu par le sérieux de Tariq Ramadan. Il lui a refusé sa thèse portant sur le réformisme islamique et Hassan Al-Banna. Les raisons ? Tariq Ramadan tentait de faire passer son grand-père pour un Gandhi musulman. « Non seulement, il refusait d’apporter des corrections à sa thèse, mais il harcelait les membres du jury pour l’obtenir au plus vite », se souvient Charles Genequand.

            Témoignage confirmé par Ali Merad, professeur émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III et auteur de trois “Que sais-je ?” sur l’islam. Tariq Ramadan est allé jusqu’à le menacer d’une plainte universitaire s’il n’obtenait pas son doctorat. « J’ai été directeur de thèse pendant près de quarante ans en France, en Belgique, en Suisse. Je n’ai jamais vu un étudiant se conduire de la sorte », a témoigné Ali Merad (1). À cette époque, Tariq Ramadan décrochait lui-même son téléphone pour insulter et menacer tous ceux qui n’appréciaient pas à sa juste mesure son talent.

            Aujourd’hui, il peut compter sur des dizaines de guetteurs sur la Toile. « Il suffit que j’écrive trois lignes sur Internet un peu critique vis-à-vis de Tariq Ramadan pour que je reçoive immédiatement une cinquantaine de messages plus que désagréables de la part de ses sbires », dénonce Ahmed Benani, politologue et anthropologue à l’université de Lausanne, décédé voici un an. « Tariq Ramadan n’est qu’une icône télévisuelle. Où sont ses travaux universitaires ? Aucun chercheur, qu’il s’agisse d’Olivier Roy, de Gilles Kepel, de Rachid Benzine, de feu Mohammed Arkoun ou d’Abdelwahab Meddeb ne l’a jamais pris au sérieux », lâche Ahmed Benani, qui a connu à Genève Saïd Ramadan, le père d’Hani et de Tariq Ramadan, disparu en 1995.

            Les musulmans privés de parole

            Même son de cloche de la part de Mohamed-Chérif Ferjani, islamologue et professeur à l’université Lyon-2. « Les insultes ? Je ne prends même plus le temps de les lire. En revanche, Tariq Ramadan n’ose pas m’affronter directement. J’ai dénoncé ses multiples mensonges dans mon livre Le politique et le religieux dans le champ islamique (2) ». Pour enjoliver l’image d’Hassan Al-Banna, Tariq Ramadan gomme systématiquement le caractère militaire et violent des Frères musulmans, en traduisant par exemple « jundî », non pas par « soldat », mais par « militant », et « katîba » par « cercle » au lieu de « brigade » ou « phalange ». Plus grave, il oublie de rappeler qu’Hassan Al-Banna prônait le califat « comme la seule forme possible de l’Etat islamique ». « Une bonne partie des attaques sur Internet sont pilotées par des professeurs d’université français. Ils demandent à leurs étudiants-chercheurs d’insulter tous ceux qui émettent des doutes sur les compétences de Tariq Ramadan », assure Mohamed-Chérif Ferjani.

            « Bien évidemment, Tariq Ramadan a beau jeu de prétendre qu’il n’y ait pour rien. Mais je constate qu’il n’a jamais pris ses distances avec les insultes et les menaces proférées par ses acolytes. Ces derniers s’en prennent tout spécialement aux intellectuels d’origine musulmane. Le but est de créer un climat détestable et de tout faire pour empêcher les musulmans, qui ne partagent pas les idées de Ramadan, de s’exprimer », commente Haoues Seniguer, maître de conférence en science politique à Sciences Po Lyon. « C’est d’autant plus désagréable que les écrits de ce personnage méprisant manquent terriblement d’épaisseur scientifique. Un élément significatif : les lacunes révélatrices en matière de culture islamologique où les références à des penseurs tels que Rachid Benzine, Nasr Hâmid Abû Zayd, ou Mohamed Arkoun sont systématiquement absentes, voire écartées, car elles ne cadrent pas avec son système idéologique global ».

            La bouche tordue par la haine

            Même son de cloche de la part de Dominique Avon, agrégé d’histoire, licencié d’arabe, professeur à l’université du Maine, spécialiste des religions : « Dans Muhammad, vie du prophète, Tariq Ramadan s’en tient à un discours de traditionniste en présentant Adam comme le premier prophète ! Adam est une figure mythique, aucun autre universitaire un peu sérieux n’oserait écrire ce genre de chose », souligne-t-il, ajoutant que « celui qui se présente comme islamologue n’utilise jamais la moindre source académique pour parler des premiers siècles de la religion musulmane ». Ses seules références sont le Coran, les Hadiths (les actes et les paroles du prophète) non soumis à la critique historique, et quelques commentateurs médiévaux soigneusement sélectionnés.

            Face à des contradicteurs, Tariq Ramadan abandonne très vite son sourire de miel, pour éructer, la bouche tordue par la haine. Le docteur Bakary Sambe, enseignant-chercheur au centre d’étude des religions, UFR des civilisations, arts et communication, à l’université Gaston Berge, à Saint-Louis du Sénégal, en a fait la triste expérience. « Alors qu’en France, il se vante d’être pleinement européen. En Afrique, il désigne l’Occident comme l’origine de tous les maux des musulmans. Sur l’intervention française au Mali, il adopte exactement la même position que les Frères musulmans, le Tunisien Rachid Ghannouchi et l’Egyptien Mohamed Morsi », rappelle Bakary Sambe. Mais pour s’être opposé à Tariq Ramadan, l’universitaire sénégalais a été présenté comme « anti-arabe » et même « pro-israélien », dans des écrits adressés à des étudiants musulmans, jusqu’aux Etats-Unis. « J’ai été obligé d’écrire un article en anglais pour contrer tous les mensonges que Tariq Ramadan proférait à mon égard », dénonce le chercheur africain.


            Mondafrique


            Ian Hamel, « La vérité sur Tariq Ramadan. Sa famille, ses réseaux, sa stratégie », Editions Favre, 2007.
            Mohamed-Chérif Ferjani, « Le politique et le religieux dans le champ islamique », Fayard, 2005.
            Un article à charge , très objectif lol
            De toute façon il ne pourra pas se défendre sur la scène médiatique, il a dit que ses avocat l'ont demandé de ne pas réagir dans les médias
            le lobby sioniste qui détient la presse veut à tout prix le salir
            هدف الضباع دائما ثابت، وهو إقتناص الفرص

            Commentaire


            • #81
              Le Parisien dévoile une ancienne conversation privée entre l’islamologue et Henda Ayari

              Selon une source bien informée, ce n’est pas l’avocat de Tariq Ramadan qui a dévoilé cette conversation au Parisien qui a publié des extraits de cette discussion où le ton semble cordial.

              « Salam Tariq comment vas-tu ? » débute Henda Ayari en ce mois de juin 2013. « Salam. J’espère que tu vas bien. Que me vaut l’honneur ? » répond Tariq Ramadan. « Ça fait longtemps, je voulais avoir de tes nouvelles », reprend-elle. « Et pourquoi ? Insultes et menaces ont été tes derniers mots. Pourquoi revenir ? » questionne le prédicateur.

              Henda Ayari s’épanche : « Nous sommes des êtres humains avec nos failles. J’étais dans une période difficile et instable et des personnes qui te haïssent m’ont monté la tête contre toi en te faisant passer pour un monstre pervers et sans cœur. »


              Plus loin, la fondatrice de l’association Libératrices poursuit dans cette même veine : « Une certaine personne m’a vraiment monté contre toi et m’a dit des choses très graves sur toi. Je l’ai crue et je le regrette car par la suite j’ai constaté que c’était une folle et une hystérique. Je pense qu’elle m’a menti sur beaucoup de choses te concernant. » A aucun moment Henda Ayari ne révèle le nom de cette « personne ».
              « C’est trop tard. Tu as trop parlé et tu as fait du mal. Avec des gens aux mauvaises intentions. Sois heureuse maintenant », rétorque l’intellectuel qui vient d’être mis en congé de l’université d’Oxford.

              Le lendemain, le 6 juin 2013, après avoir été bloquée par Ramadan, elle lui écrit à nouveau. « Je te demande pas d’oublier mais juste de me pardonner […] je n’ai pas la moindre rancœur contre toi […] je ne souhaite plus que tu reviennes dans ma vie ni qu’on se revoit mais je veux qu’on conserve un esprit fraternel et bienveillant. Tu as tes défauts comme moi mais aussi des qualités alors stp ne me bloque plus. Ne me prive pas de ta page et laisse-moi juste lire tes beaux écrits que j’ai toujours aimés tant lire pour méditer dessus. »

              oumma.com
              Anarez wala neknu...

              Commentaire


              • #82
                Apparemment meme Selma Hyak a été harcelé par un producteur hahhaha , moi je dis toutes sans exception ont laché du reste pour émerger professionnellement
                هدف الضباع دائما ثابت، وهو إقتناص الفرص

                Commentaire


                • #83
                  Tariq Ramadan placé en garde à vu mercredi à Paris par les enquêteurs de la police judiciaire.
                  Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque choses, alors essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez qui peut empêcher l'autre de dormir.
                  Dalaï- Lama

                  Commentaire


                  • #84


                    https://www.youtube.com/watch?v=sN4jlB7SZeQ






                    Dernière modification par lionne, 07 February 2018, 06h26.
                    Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque choses, alors essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez qui peut empêcher l'autre de dormir.
                    Dalaï- Lama

                    Commentaire


                    • #85
                      Analyser par qui ? Lol un tribunal médiatique! comme disait Alain Soral, un journaliste en activité soit il (elle) est comme une put*** soit il est au chômage

                      Lorsque on manque d objectivité et d esprit critique on croit à tout ce que arrange notre opinion


                      Je me demande le jours où il sera relaxé on va regarder ce genre d émission sur Tariq?

                      Tariq Ramadan a été ruiné par des p*** that's All

                      Dernière modification par Tim99, 01 February 2018, 16h11.
                      هدف الضباع دائما ثابت، وهو إقتناص الفرص

                      Commentaire


                      • #86
                        La chute du prédicateur Tariq Ramadan

                        ariq Ramadan est en prison. Le prédicateur suisse d’origine égyptienne a été inculpé, vendredi 2 février, pour viol de personne vulnérable, avant d’être incarcéré. Récit de la chute du théologien.

                        20 Octobre 2017. Alors que la parole se libère sur les réseaux sociaux en pleine affaire Weinstein à Hollywood, une femme, du nom de Henda Ayari, porte plainte contre Tariq Ramadan. Cette ancienne salafiste – aujourd’hui militante « laïque et féministe », comme la présente la presse française – l’accuse de l’avoir agressée en marge d’un congrès de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) en 2012.

                        « J’ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des représailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j’ai été victime, il n’avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu’on pourrait s’en prendre à mes enfants, j’ai eu peur et j’ai gardé le silence tout ce temps », explique Henda Ayari sur Facebook.

                        Alors que Tariq Ramadan conteste les faits qui lui sont reprochés, le parquet de Paris ouvre une enquête.

                        Quelques jours plus tard, le 27 octobre ; une seconde plainte est déposée par une femme de 40 ans, présentée sous le pseudonyme « Christelle ». Elle souffre d’un handicap après un accident de voiture et dit avoir été victime de violences sexuelles dans une chambre d’hôtel à Lyon en 2009. À l’époque, cette femme, une Française convertie à l’islam, entretenait une correspondance avec Tariq Ramadan.

                        Il faut attendre le lendemain pour que l’intellectuel très médiatique sorte enfin du silence. Dans un message publié sur son compte Facebook (suivi par plus de deux millions de personnes), il dénonce une « campagne de calomnie » enclenchée par ses « ennemies de toujours ». Car, si l’islamologue bénéficie d’une certaine popularité dans les milieux conservateurs musulmans, il est aussi honni par d’autres -et pas seulement dans les milieux laïcs- qui mettent en garde contre « le double discours de Ramadan ». Parmi eux, figurent même des personnalités politiques influentes, à l’image de l’ancien premier ministre Manuel Valls.

                        D’autres révélations compromettantes pour le petit-fils du fondateur égyptien des Frères musulmans Hassan el-Banna vont suivre. En Suisse, quatre anciennes élèves du théologien l’accusent d’abus commis pour certaines quand elles étaient encore mineures. Cette fois-ci, l’intellectuel ne pourra pas dire qu’il est attaqué pour ses idées.

                        Si la présomption d’innocence existe et exige alors la prudence, le mal est fait. L’image de l’intellectuel musulman, marié et père de quatre enfants -qui a toujours défendu une morale rigoriste – est écornée. Il faut dire que depuis des années, le charismatique prédicateur a construit sa réputation sur cette image d’homme pieux qui condamne notamment les relations sexuelles hors mariage. Et, ce même homme fait désormais l’objet de deux plaintes pour viols.

                        Ces révélations mettent dans l’embarras le milieu universitaire. En l’occurrence, la prestigieuse université d’Oxford où Tariq Ramadan est professeur d’études islamiques contemporaines, une chaire financée par le Qatar. Dans un communiqué, publié le mardi 7 novembre, l’université britannique indique que « les obligations d’enseignement, de supervisions et d’examens du professeur Ramadan seront redistribuées et il ne sera pas présent à l’université ou au collège ». La direction ajoute qu’elle a « constamment reconnu la gravité des allégations portées contre le professeur Ramadan, tout en insistant sur l’importance d’un juste équilibre, du principe de justice et du respect de la procédure ».

                        Même au Qatar, pourtant généreux sponsor du prédicateur, Tariq Ramadan n’est plus le bienvenu, croit savoir Le Point. « Selon mes sources à Doha, cela va encore plus loin : Ramadan serait interdit de séjour. On lui a vivement conseillé de ne plus mettre les pieds dans l’émirat afin d’éviter de gros ennuis. », explique au journal français, Antonio Amaniera, responsable du site Worldnewsmedias.com, dédié au Qatar.

                        Sonia Lyes - TSA
                        Iverdan macci yiwen, maca ttawin yak d asawen

                        Commentaire


                        • #87
                          Je suis étonnée de son choix de defense, un avocat qui ne partage pas du tout son opinion...................
                          Il l'a de la chance d'être juger en Europe, parce que la lapidation qu'il défend lui et son frère elle pourrait
                          se retourner contre lui, ou c'est uniquement pour les femmes ?
                          Dernière modification par lionne, 07 February 2018, 06h04.
                          Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque choses, alors essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez qui peut empêcher l'autre de dormir.
                          Dalaï- Lama

                          Commentaire


                          • #88
                            Envoyé par lionne Voir le message
                            Je suis étonnée de son choix de deffense, un avocat qui ne partage pas du tout son opinion...................
                            Il l'a de la chance d'être juger en Europe, parce que la lapidation qu'il défend lui et son frère elle pourrait
                            se retourner contre lui, ou c'est uniquement pour les femmes ?
                            S'il vivait dans le pays de son père, l'Egypte, T. Ramadhan, n'aurait presque certainement pas été traîné devant les tribunaux. En Egypte, comme dans les pays du Maghreb et du Proche-orient, très peu de femmes victimes d'agressions sexuelles osent se plaindre devant les tribunaux car elles risquent gros: une condamnation à mort sociale quand parfois ce n'est pas une condamnation à mort tout court.
                            Iverdan macci yiwen, maca ttawin yak d asawen

                            Commentaire


                            • #89
                              La France est devenue un pays anti musulman comme il était un pays anti sémite
                              leurs objectives ce n est pas de mettre Tariq ramadan en prison , parce que il pourront pas prouver le viole , ils sont même convaincu qu' il a aucun viole , si c est y avait des rapports sexuelles c est sûrement des rapports consentis, mais leurs objectifs c est d abîmer son image , ils ont réussi à le faire

                              Sur un autre article ils disent qu' il l a pissé sur elle , mais c est des pratiques sexuelles perverses que eux même la pratique je ne vois pas elle est où la violence , ils ont eu ce qu ils voulaient
                              ç est sa faute aussi , quand on est une personnalité publique il faut faire très attention aux rapports avec les femmes , elle b*** avec toi puis elle va dire qu' il m a violé
                              Dernière modification par Tim99, 04 February 2018, 15h28.
                              هدف الضباع دائما ثابت، وهو إقتناص الفرص

                              Commentaire


                              • #90
                                Moi c'est plus cet épisode qui me dérange plus que la Henda, elle est majeur est vaccinée et savait ou elle aller.



                                [QUOTE
                                D’autres révélations compromettantes pour le petit-fils du fondateur égyptien des Frères musulmans Hassan el-Banna vont suivre. En Suisse, quatre anciennes élèves du théologien l’accusent d’abus commis pour certaines quand elles étaient encore mineures. Cette fois-ci, l’intellectuel ne pourra pas dire qu’il est attaqué pour ses idées.][/QUOTE]
                                Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelque choses, alors essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez qui peut empêcher l'autre de dormir.
                                Dalaï- Lama

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X