Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le coin de la philosophie

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le coin de la philosophie

    J'ai constaté l'absence d'un coin pour les sujets philosophiques , alors j'ouvre ce topic pour tous les sujets de philosophie , je m'adresse à tous ceux qui aiment la philosophie la mère des sciences

    Comprendre la philosophie ce n'est pas donné à tout le monde c'est quelque chose très difficile , j'espère que ce topic connaîtra un succès
    Dernière modification par Tim99, 12 October 2018, 00h08.
    كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

  • #2
    Je ne sais pas pourquoi j'ai toujours associé la philosophie à la psychologie et aux sciences de la religion.

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par Tchicou Voir le message
      Je ne sais pas pourquoi j'ai toujours associé la philosophie à la psychologie et aux sciences de la religion.
      Ta tout tord
      La philosophie c est la mere de toutes les sciences , la philosophie c est la réflexion le doute
      Dernière modification par Tim99, 15 March 2018, 22h13.
      كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

      Commentaire


      • #4
        Personnellement je me trouve dans la philosophie de Nietzsche, meme si je ne partage pas tout ce qu'il dit , à chaque fois que je lis Nietzsche je dis que c'est moi
        Je trouve qu'il a presque toujours raison , notamment quand 'il préconise de rester fort , sans pitié quand dit qu'il faut tjs regarder de haut les minables , c'est ce que je faisais tjs sans suivre à la lettre Nietzsche, c'est spontanément

        "Je veux avoir autour de moi des lutins, car je suis courageux. Le courage qui chasse les fantômes se crée ses propres lutins, — le courage veut rire.

        Je ne suis plus en communion d’âme avec vous, ce nuage que je vois au-dessous de moi, cette noirceur et cette lourdeur dont je ris — c’est votre nuage d’orage.

        Vous regardez en haut quand vous aspirez à l’élévation. Et moi je regarde en bas puisque je suis élevé.

        Qui de vous peut en même temps rire et être élevé ?

        Celui qui plane sur les plus hautes montagnes se rit de toutes les tragédies de la scène et de la vie.

        Courageux, insoucieux, moqueur, violent — ainsi nous veut la sagesse : elle est femme et ne peut aimer qu’un guerrier.

        Vous me dites : « La vie est dure à porter. » Mais pour quoi auriez-vous le matin votre fierté et le soir votre soumission ?

        La vie est dure à porter : mais n’ayez donc pas l’air si tendre ! Nous sommes tous des ânes et des ânesses chargés de fardeaux.

        Qu’avons-nous de commun avec le bouton de rose qui tremble puisqu’une goutte de rosée l’oppresse.

        C’est vrai : nous aimons la vie, non puisque nous sommes habitués à la vie, mais à l’amour.

        Il y a toujours un peu de folie dans l’amour. Mais il y a toujours un peu de raison dans la folie.

        Et pour moi aussi, moi qui suis porté vers la vie, les papillons et les bulles de savon, et ce qui leur ressemble"
        Ainsi parlait Zarathoustr
        Dernière modification par Tim99, 19 March 2018, 12h54.
        كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

        Commentaire


        • #5
          J ai remarqué que bcp de grand philosophes ont resté toute leurs vies célibataires Kant Schopenhauer, Nietzsche, Avicenne ( Iben Sina) lui est un grand ....il aimait bcp les femmes ils avaient bcp d esclaves, Newton aussi il ne s est pas marié
          Ces philosophes disaient que le mariage est une contrainte pour le travail intellectuel, obligation , enfants et occupation , y en même qui ont fini leurs vie puceaux comme Kant et Newton
          ç est claire quand on est marié on a plus d occupation, moi je dis il y a marié et marié si on mari avec une femme non instruite ou peu cultivé qui n est pas intelligente c est tout à fait normal qu' elle sera un obstacle une boule dans les jambes , par contre se marier avec une femme intelligente cultivé ca peut même aider , Barack Obama reconnaît que sa femme l a beaucoup aidé c est une femme intelligente , Yasmina Khadra disait toujours que sa femme l a inspiré
          Au même temps lorsque on travaille beaucoup on a envie cumule d un bloc d énergie à l intérieur il faut la vider , Iben sina a parlé de ca , d après les écris qu' on a lu lui était un vrai monstre sexuellement il se comporter comme un animal hahah il dit que c est bien pour renouveler l énergie

          Pour moi les philosophes que j ai cité restent l une de mes meilleurs philosophes, mais pas juste à moi, ç est à tout le monde les philosophes des lumières...J' ai peur. Que ma passion envers ces philosophes va m envoyer leurs malédiction,.......honnêtement j ai croisé déjà une femme intelligente
          Dernière modification par Tim99, 20 March 2018, 15h02.
          كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

          Commentaire


          • #6
            Pourquoi il faut lire les philosophes arabes

            كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

            Commentaire


            • #7
              J'ai été étonné de ce que j'ai lu dans le livre Tao-Te-King franchement les memes principes de l'Islam , j'ai trop adoré , j'ai juste lu le premier chapitre , c'est pour cette raison Samuel Huntington dans son livre le choc des civilisation disait que les musulmans et les chinois sont les plus proches
              Je vais faire quand j'aurais fini , pour le moment j'ai trop adoré ce que j'ai lu.
              كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

              Commentaire


              • #8
                Très bonne vidéo sur Leibniz un savent allemand universel un grand philosophe et mathématicien
                Un cadeau que j'offre à tout ceux qui veulent ouvrir leurs esprit pour éviter d’être manipulé

                كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                Commentaire


                • #9
                  كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                  Commentaire


                  • #10
                    Un superbe texte de Nietzsche que de la métaphore je suis entrain de basculer entre son roman ainsi parlait Zarathoustra et son ouvrage le gai savoir ,
                    Ce texte dit beaucoup de chose



                    Des mouches de la place publique




                    Fuis, mon ami, dans ta solitude ! Je te vois étourdi par le bruit des grands hommes et meurtri par les aiguillons des petits.

                    Avec dignité, la forêt et le rocher savent se taire en ta compagnie. Ressemble de nouveau à l’arbre que tu aimes, à l’arbre aux larges branches : il écoute silencieux, suspendu sur la mer.

                    Où cesse la solitude, commence la place publique ; et où commence la place publique, commence aussi le bruit des grands comédiens et le bourdonnement des mouches venimeuses.

                    Dans le monde les meilleures choses ne valent rien sans quelqu’un qui les représente : le peuple appelle ces représentants des grands hommes.

                    Le peuple comprend mal ce qui est grand, c’est-à-dire ce qui crée. Mais il a un sens pour tous les représentants, pour tous les comédiens des grandes choses.

                    Le monde tourne autour des inventeurs de valeurs nouvelles : – il tourne invisiblement. Mais autour des comédiens tourne le peuple et la gloire : ainsi « va le monde ».

                    Le comédien a de l’esprit, mais peu de conscience de l’esprit. Il croit toujours à ce qui lui fait obtenir ses meilleurs effets, – à ce qui pousse les gens à croire en lui-même !

                    Demain il aura une foi nouvelle et après-demain une foi plus nouvelle encore. Il a l’esprit prompt comme le peuple, et prompt au changement.

                    Renverser, – c’est ce qu’il appelle démonter. Rendre fou, – c’est ce qu’il appelle convaincre. Et le sang est pour lui le meilleur de tous les arguments.

                    Il appelle mensonge et néant une vérité qui ne glissent que dans les fines oreilles. En vérité, il ne croit qu’en les dieux qui font beaucoup de bruit dans le monde !

                    La place publique est pleine de bouffons tapageurs – et le peuple se vante de ses grands hommes ! Ils sont pour lui les maîtres du moment.

                    Mais le moment les presse : c’est pourquoi ils te pressent aussi. Ils veulent de toi un oui ou un non. Malheur à toi, si tu voulais placer ta chaise entre un pour et un contre !

                    Ne sois pas jaloux des esprits impatients et absolus, ô amant, de la vérité. Jamais encore la vérité n’a été se pendre au bras des intransigeants.

                    À cause de ces agités retourne dans ta sécurité : ce n’est que sur la place publique qu’on est assailli par des « oui ? » ou des « non ? »

                    Ce qui se passe dans les fontaines profondes s’y passe avec lenteur : il faut qu’elles attendent longtemps pour savoir ce qui est tombé dans leur profondeur.

                    Tout ce qui est grand se passe loin de la place publique et de la gloire : loin de la place publique et de la gloire demeurèrent de tous temps les inventeurs de valeurs nouvelles.

                    Fuis, mon ami, fuis dans ta solitude : je te vois meurtri par des mouches venimeuses. Fuis là-haut où souffle un vent rude et fort !

                    Fuis dans ta solitude ! Tu as vécu trop près des petits et des pitoyables. Fuis devant leur vengeance invisible ! Ils ne veulent que se venger de toi.

                    N’élève plus le bras contre eux ! Ils sont innombrables et ce n’est pas ta destinée d’être un chasse-mouches.

                    Innombrables sont ces petits et ces pitoyables ; et maint édifice altier fut détruit par des gouttes de pluie et des mauvaises herbes.

                    Tu n’es pas une pierre, mais déjà des gouttes nombreuses t’ont crevassé. Des gouttes nombreuses te fêleront et te briseront encore.

                    Je te vois fatigué par les mouches venimeuses, je te vois déchiré et sanglant en maint endroit ; et la fierté dédaigne même de se mettre en colère.

                    Elles voudraient ton sang en toute innocence, leurs âmes anémiques réclament du sang – et elles piquent en toute innocence.

                    Mais toi qui es profond, tu souffres trop profondément, même des petites blessures ; et avant que tu ne sois guéri, leur ver venimeux aura passé sur ta main.

                    Tu me sembles trop fier pour tuer ces gourmands. Mais prends garde que tu ne sois destiné à porter toute leur venimeuse injustice !

                    Ils bourdonnent autour de toi, même avec leurs louanges : importunités, voilà leurs louanges. Ils veulent être près de ta peau et de ton sang.

                    Ils te flattent comme on flatte un dieu ou un diable ; ils pleurnichent devant toi, comme un dieu ou un diable. Qu’importe ! Ce sont des flatteurs et des pleurards, rien de plus.

                    Aussi font-ils souvent les aimables avec toi. Mais c’est ainsi qu’en agit toujours la ruse des lâches. Oui, les lâches sont rusés !

                    Ils pensent beaucoup à toi avec leur âme étroite – tu leur es toujours suspect ! Tout ce qui fait beaucoup réfléchir devient suspect.

                    Ils te punissent pour toutes tes vertus. Ils ne te pardonnent du fond du cœur que tes fautes.

                    Puisque tu es bienveillant et juste, tu dis : « Ils sont innocents de leur petite existence. » Mais leur âme étroite pense : « Toute grande existence est coupable. »

                    Même quand tu es bienveillant à leur égard, ils se sentent méprisés par toi ; et ils te rendent ton bienfait par des méfaits cachés.

                    Ta fierté sans paroles leur est toujours contraire ; ils jubilent quand il t’arrive d’être assez modeste pour être vaniteux.

                    Tout ce que nous percevons chez un homme, nous ne faisons que l’enflammer. Garde-toi donc des petits !

                    Devant toi ils se sentent petits et leur bassesse s’échauffe contre toi en une vengeance invisible.

                    Ne t’es-tu pas aperçu qu’ils se taisaient, dès que tu t’approchais d’eux, et que leur force les abandonnait, ainsi que la fumée abandonne un feu qui s’éteint ?

                    Oui, mon ami, tu es la mauvaise conscience de tes prochains : car ils ne sont pas dignes de toi. C’est pourquoi ils te haïssent et voudraient te sucer le sang.

                    Tes prochains seront toujours des mouches venimeuses ; ce qui est grand en toi – ceci même doit les rendre plus venimeux et toujours plus semblables à des mouches.

                    Fuis, mon ami, fuis dans ta solitude, là-haut où souffle un vent rude et fort. Ce n’est pas ta destinée d’être un chasse-mouches.-

                    Ainsi parlait Zarathoustra.

                    Nietzsche
                    كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                    Commentaire


                    • #11
                      Le bonheur selon Spinoza

                      كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                      Commentaire


                      • #12
                        Voilà une belle récitation du chapitre des mouches de la place publique , j'adore, ça représente mon esprit , mon Dieu le début et la fin

                        J'aime bien ces passages , qui reflètent vraiment l'actualité d'aujourd'hui, Nietzsche était un visionnaire

                        "Où cesse la solitude, commence la place publique ; et où commence la place publique, commence aussi le bruit des grands comédiens et le bourdonnement des mouches venimeuses.
                        Dans le monde les meilleures choses ne valent rien sans quelqu’un qui les représente : le peuple appelle ces représentants des grands hommes.
                        Le peuple comprend mal ce qui est grand, c’est-à-dire ce qui crée. Mais il a un sens pour tous les représentants, pour tous les comédiens des grandes choses.
                        Le monde tourne autour des inventeurs de valeurs nouvelles : – il tourne invisiblement. Mais autour des comédiens tourne le peuple et la gloire : ainsi « va le monde »
                        Le comédien
                        a de l’esprit, mais peu de conscience de l’esprit. Il croit toujours à ce qui lui fait obtenir ses meilleurs effets, – à ce qui pousse les gens à croire en lui-même !

                        "La place publique est pleine de bouffons tapageurs – et le peuple se vante de ses grands hommes ! Ils sont pour lui les maîtres du moment."

                        "Tout ce qui est grand se passe loin de la place publique et de la gloire : loin de la place publique et de la gloire demeurèrent de tous temps les inventeurs de valeurs nouvelles."


                        "Mais toi qui es profond, tu souffres trop profondément, même des petites blessures ; et avant que tu ne sois guéri, leur ver venimeux aura passé sur ta main.

                        Tu me sembles trop fier pour tuer ces gourmands. Mais prends garde que tu ne sois destiné à porter toute leur venimeuse injustice !"


                        "Puisque tu es bienveillant et juste, tu dis : « Ils sont innocents de leur petite existence. » Mais leur âme étroite pense : « Toute grande existence est coupable. »

                        Même quand tu es bienveillant à leur égard, ils se sentent méprisés par toi ; et ils te rendent ton bienfait par des méfaits cachés.

                        Ta fierté sans paroles leur est toujours contraire ; ils jubilent quand il t’arrive d’être assez modeste pour être vaniteux."


                        "Oui, mon ami, tu es la mauvaise conscience de tes prochains : car ils ne sont pas dignes de toi. C’est pourquoi ils te haïssent et voudraient te sucer le sang"

                        Fuis, mon ami, fuis dans ta solitude, là-haut où souffle un vent rude et fort


                        كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                        Commentaire


                        • #13
                          Les mouches de la place publique d aujourd'hui sont les pseudos leaders d opinion que les médias véhiculent , style les pu tes qui ont bai *** gauche à droite pour atteindre leurs objectifs et au final elles viennent dire il ne faut pas faire ceci et cela .... Il y a aussi les connards menteurs idéologues qui se proclament de progressistes ou de réactionnaires

                          Le peuple qui n utilise pas l esprit critique il croit à eux il pense que tout ce qu' ils disent est la vérité absolue, eux ils connaissent tout , le peuple achète leurs livres il écoute leurs émissions avec patience et il leur fait de la promotion
                          Je ne dis pas que tout ce que passe dans la place publique c est des mouches , mais presque , parce que en général celui qui ne dit pas tout ce que les barons de la place publique veulent ou demande, il passera pas sur scène

                          C'est là où il est intéressant de graver dans la tête ce que disait Nietzsche
                          "Tout ce qui est grand se passe loin de la place publique et de la gloire : loin de la place publique et de la gloire demeurèrent de tous temps les inventeurs de valeurs nouvelles."
                          Dernière modification par Tim99, 13 October 2018, 16h22.
                          كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                          Commentaire


                          • #14
                            Une superbe émission sur le livre de Nietzsche Le Gai savoir que j'ai déjà parlé ici http://forums.bladi-dz.com/forum/cul...202#post354202


                            Voici le lien de l'émission
                            https://www.franceculture.fr/emissio...box=1539609825
                            Dernière modification par Tim99, 16 October 2018, 23h19.
                            كاره المرشيات ولي بوسات البقر وكذلك الدّببة التي تحب العسل

                            Commentaire

                            Chargement...
                            X