Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Tunisie – Quel bonheur d’avoir à côté, nos frères algériens !

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Tunisie – Quel bonheur d’avoir à côté, nos frères algériens !

    Tunisie – Quel bonheur d’avoir à côté, nos frères algériens !



    Une aubaine pour laquelle le tunisien ne remerciera jamais assez le bon Dieu. Celle de l’avoir doté de frères comme les algériens.

    Le tunisien est heureux d’avoir à côté de lui un frère solide, fort, fiable et surtout agréable et par qui il ne peut arriver que du bonheur.

    N’en déplaise à quelques uns, d’être adossés à l’Algérie, est une bénédiction de Dieu, surtout par ces temps où on ne même plus se fier à ses cousins, ses voisins ni même ses propres frères de père et de mère. Dans ces temps durs, il reste au tunisien le réconfort de sentir à côté, tout près de lui le souffle chaud et réconfortant du grand frère algérien. Un grand frère qui souffre des malheurs du tunisien et qui cherche par tous les moyens à sa disposition de l’aider.

    Non, qu’on ne dise surtout pas que c’est de l’ingérence ! Il n y a aucune ingérence entre frères, et aucune ingérence entre les membres d’une même famille. Encore plus, il n’y a aucune ingérence entre les membres d’un même corps. Nos pères fondateurs des républiques modernes du Maghreb ne l’ont-ils pas annoncé à l’aube de l’indépendance en assimilant, quand la Tunisie et le Maroc ont accédé à l’indépendance, l’Afrique du Nord à un oiseau dont les deux ailes ont été libérées mais qui ne pourra voler librement que quand le corps sera libéré.

    Non, on ne peut pas parler d’ingérence entre des frères dont le sang s’est mélangé à Sakiet Sidi Youssef, et ailleurs.

    Et puis, pourquoi faudrait-il se méfier de nos frères, qui n’épargnent aucun effort pour nous rendre la vie, un peu plus facile, et même par moment, un peu plus agréable et plus heureuse.

    Même en matière de festivité et de joie, il aura fallu au tunisien attendre l’exploit des footballeurs algériens, pour oublier l’humiliation subie à cause de la piteuse prestation de ses « aigles » nationaux. Il fallait voir les scènes de liesse et de joie. Il fallait entendre les concerts de klaxons et admirer les cortèges de voitures tunisiennes arborant les drapeaux algériens et défilants à travers la capitale Tunis, dans des démonstrations de joie spontanée et réelle, lors de la qualification des fennecs au mondial du Brésil 2014. A croire que chaque tunisien avait, caché quelque part chez lui, un drapeau algérien qu’il pouvait sortir et exhiber au besoin.

    Merci l’algérien. Merci grand frère, ne serait-ce que pour ces moments de bonheur et de joie, dont le tunisien risquait de perdre le goût et d’oublier. Merci « Yal Khou », merci pour tout!


    Actualites Tunisie - Tunisie ? Quel bonheur d?avoir à côté, nos frères algériens !
    Allahoum astar el Jazaïr men charr el 3adyan

  • #2
    j'ai pas compris de quel "bonheur" on parle !!!!

    le style me rappelle les longues phrases que s'écrivaient les filles en fin d'année dans leur "kourrass edhikrayat" bessif matfekkert esmou : sadiqati el 3aziza kama ana ou77ibouki w atawa7achouki fi el 3outlati...ila akhirihi...
    Dernière modification par mo_hdf, 04 December 2013, 20h48.
    "Toute la question du pouvoir, c'est de séparer les hommes de ce qu'ils peuvent. Il n'y a pas de pouvoir si les gens sont autonomes." [Pacôme Thiellement]

    Commentaire


    • #3
      Je l'ai lu et j avoue que j'ai trouvé l article beaucoup trop lisse, limite faux, du journalisme de bas niveau, en un mot .... chita, enfin cela n engage que moi.
      Anarez wala neknu...

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par Tinhinane Voir le message
        Je l'ai lu et j avoue que j'ai trouvé l article beaucoup trop lisse, limite faux, du journalisme de bas niveau, en un mot .... chita, enfin cela n engage que moi.
        il n'y a aucun travail journalistique je trouve... c'est du blabla pur et simple tout ça zaama mekra fi les marokis qui ne nous aiment pas...
        "Toute la question du pouvoir, c'est de séparer les hommes de ce qu'ils peuvent. Il n'y a pas de pouvoir si les gens sont autonomes." [Pacôme Thiellement]

        Commentaire

        Chargement...
        X