Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Incendie dans le 16e arrondissement de Paris : au moins 10 morts au 17 rue Erlanger

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Incendie dans le 16e arrondissement de Paris : au moins 10 morts au 17 rue Erlanger

    Comme je suis pas les médias tv , je suis tombé sur cette info ce matin sur les réseaux , bizarre comme histoire
    Au moins dix personnes sont mortes et une trentaine ont été blessées, mardi, dans un violent incendie qui s’est déclaré dans un immeuble du 16e arrondissement.
    Le profil de la principale suspecte dans l'incendie de l'immeuble du 16e arrondissement de Paris, qui a fait au moins 10 morts et plus d'une trentaine de blessés, se précise peu à peu. Les enquêteurs privilégient la piste criminelle. La femme de 40 ans qui habitait l'immeuble a été placée en garde à vue mardi matin. En fin d'après-midi, sa garde à vue a été levée afin qu'elle soit admise à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. Le premier district de direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris (DPJ) a été saisi. Une enquête pour destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort et des blessures a été ouverte.
    Selon des sources policières, la suspecte a eu un différend avec un voisin, notamment car elle écoutait sa musique à plein volume. Mécontent, ce voisin a demandé à sa petite amie de frapper à la porte. La discussion s'est ensuite envenimée. La mise en cause aurait jeté une bouteille en verre sur le volet de son voisin. Et elle n'aurait pas baissé le son de la musique. Après cet épisode, le voisin a appelé la police, qui est entrée chez elle. L'appartement était en désordre. Les gardiens de la paix ont noté qu'elle était confuse, mais calme à cette heure, aux alentours de minuit. Tour à tour, la suspecte s'est plainte que son voisin avait endommagé sa porte d'entrée puis elle a changé de version, assurant qu'elle avait été victime d'un cambriolage, qu'elle s'était cachée dans un couloir. Le voisin et sa petite amie ont alors indiqué aux policiers qu'ils quittaient leur appartement pour aller dormir ailleurs tout en les informant : « Elle est complètement folle, un jour il y aura un accident. »

    « Elle faisait des histoires tout le temps »


    Joint au téléphone par Le Point, le voisin qui a eu maille à partir avec la suspecte témoigne : « Ce n'est pas la première fois que la police venait chez elle. Je n'habite là que depuis trois mois, elle faisait des histoires tout le temps. J'ignore la raison pour laquelle la police n'a pas été plus ferme avec elle. J'ai quitté l'immeuble avec ma petite amie avant l'incendie. C'est dramatique. » Selon les policiers, qui ont informé leur hiérarchie, la voisine présentait des troubles psychologiques, bien qu'elle soit restée calme le temps de l'intervention. Selon eux, elle ne nécessitait pas, à ce moment précis, de mesures particulières. La chaîne d'information LCI précise que la femme « avait été hospitalisée plusieurs fois à Sainte-Anne et à l'institut psychiatrique de la préfecture de police de Paris ». De retour chez elle depuis le 23 janvier, elle n'était pas sous le coup de mesures coercitives, un « juge ayant estimé qu'elle ne présentait plus de danger pour elle ou pour les autres ».
    Des riverains ont également évoqué une dispute, comme Nicolas, qui habite en face de l'immeuble ravagé par les flammes : « Au début, on a cru à une dispute, on entendait une femme crier. C'était vers 1 heure. Elle criait, elle criait. Là, on est sortis et l'immeuble était déjà très en feu », a-t-il expliqué à l'Agence France-Presse.

    Le moment de l'interpellation


    Toujours selon nos informations, après cet épisode entre voisins et une première venue de la police, la brigade anticriminalité a interpellé une femme un peu avant 1 heure du matin, soit quelques minutes après le déclenchement de l'incendie. Elle aurait été vue en train d'essayer de mettre le feu à un véhicule et aurait enflammé un tee-shirt dans une poubelle. Cette personne ne semblait pas jouir de toutes ses facultés mentales. Lors d'un point avec la presse vers 9 heures, le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, a confirmé que la suspecte présentait « des antécédents psychiatriques ».

    « Les pompiers venaient d'arriver et ce qui était dingue, c'était leur impuissance. En fait, ils avaient les camions, les grandes échelles, mais ils ne pouvaient rien en faire. Après, ils ont mis des rallonges, des rallonges, des tuyaux, des tuyaux, que de petits moyens. Nous, on voyait les gens sur les balcons crier sans pouvoir rien faire », raconte-t-il encore. « On a tout de suite entendu par une voisine que c'était une dispute », affirme-t-il. Après plus de cinq heures d'intervention, les pompiers ont finalement réussi, vers 6 heures, à maîtriser le feu, qui a blessé six d'entre eux.




    Le point .fr
    أكره المرقاز الأغبياء والمنافقين

  • #2
    Une algérienne est morte à cause de cette folle qui a déclenché l'incendie , c'est une architecte , une fille d'un intellectuel algérien d'après le parisien qui l'a consacré un article
    Elle est encore jeune 39 ans rabi yarhmha Incendie mortel à Paris : «Radia était une femme exceptionnelle»


    Les proches de cette jeune architecte d’origine algérienne qui a péri dans les flammes décrivent tous une personnalité attachante et une professionnelle reconnue.

    Un visage rayonnant et une personnalité marquante. Pour ses proches, Radia Benaziez laisse le souvenir d’une femme pétillante. Cette architecte de 39 ans est l’une des dix personnes décédées dans l’incendie qui a ravagé un immeuble de la rue Erlanger à Paris (XVIe), dans la nuit de lundi à mardi.

    « Elle était adorable. Sa gentillesse n’avait d’égale que sa beauté », témoigne Julie, une de ses anciennes collègues au sein du cabinet Athegram en insistant sur sa « sensibilité ». « C’était une femme géniale et lumineuse, souffle un membre de sa famille. C’était à chaque fois un plaisir de la rencontrer. Elle laissera un souvenir indélébile. On a encore du mal à réaliser son absence. » Grande voyageuse, elle avait des amis aux quatre coins du monde.



    Fille d’un intellectuel algérien, Radia Benaziez avait étudié à l’école polytechnique d’architecture et d’urbanisme (EPAU) d’Alger, d’où elle était sortie diplômée en 2002. Elle s’était installée en France où elle avait suivi une formation de gestion des entreprises. « C’était une femme assez exceptionnelle », confie Nassim Akache qui l’a connue à l’université. Cet architecte, qui a aussi fait carrière en France, n’avait jamais coupé les ponts avec elle. « C’était une personne inspirante, professionnellement et personnellement. Elle s’était beaucoup investie pour accompagner son père, mort il y a un an et demi d’une longue maladie. » Elle avait créé son atelier, à son domicile

    Radia Benaziez s’était spécialisée dans le métier de programmiste, c’est-à-dire dans le conseil du maître d’ouvrage dans la gestion d’un projet. « Nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler avec elle, se souvient Lamia, une associée du cabinet de conseil Gestion des lieux où Radia Benaziez avait travaillé de 2010 à 2013. Elle avait une énorme joie de vivre, elle était dotée d’une grande curiosité. »

    En 2015, Radia Benazez s’était installée à son compte en créant son propre atelier. Cette femme sans enfant avait décidé de travailler à son domicile, dans la funeste rue Erlanger.


    http://www.leparisien.fr/faits-diver...19-8005236.php
    أكره المرقاز الأغبياء والمنافقين

    Commentaire

    Chargement...
    X