Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Poesie - Amarlekabyle

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #46
    Envoyé par Nirina Voir le message
    Tu écris joliment bien...
    Amar c'est un maitre
    “Le bonheur suprême de la vie est la conviction d’être aimé pour soi-même, ou plus exactement, d’être aimé en dépit de soi-même.”
    Victor Hugo

    Commentaire


    • #47
      Envoyé par Nirina Voir le message
      Tu écris joliment bien...
      Merci, c'est gentil Nirina...

      Commentaire


      • #48
        Les hommes sont des enfants

        Avec des mots, ils habillent leur solitude infinie,
        Avec précaution, ils brodent un napperon vide,
        Avec dévotion, ils se drapent d'une robe déni,
        Avec admiration, ils regardent le désert aride.

        L'amour fait peur, leurs vies faites de rancoeurs,
        Leurs phrases ne parlent de tous les malheurs,
        Leur monde n'est que cris, larmes et douleurs,
        Plaintes, hurlements, sanglots sans la ferveur.

        Un chemin désertique au milieu des ténèbres,
        Aveuglés par les néons de la fête du Trône,
        Ils errent dans un monde laid, sombre, atone,
        Ils sont perdus dans un tunnel froid et lugubre.

        octobre 2015

        Commentaire


        • #49
          Amar Salem

          Envoyé par amarlekabyle Voir le message
          Avec des mots, ils habillent leur solitude infinie,
          Avec précaution, ils brodent un napperon vide,
          Avec dévotion, ils se drapent d'une robe déni,
          Avec admiration, ils regardent le désert aride.

          L'amour fait peur, leurs vies faites de rancoeurs,
          Leurs phrases ne parlent de tous les malheurs,
          Leur monde n'est que cris, larmes et douleurs,
          Plaintes, hurlements, sanglots sans la ferveur.

          Un chemin désertique au milieu des ténèbres,
          Aveuglés par les néons de la fête du Trône,
          Ils errent dans un monde laid, sombre, atone,
          Ils sont perdus dans un tunnel froid et lugubre.

          octobre 2015
          Ce n'est pas parce que je ne me connecte pas que je ne te lis
          je me régale de tes écris bravo et merci de tes sublimes partage ....
          La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire. Elle doit mener au respect. ]

          Commentaire


          • #50
            Envoyé par mounir27 Voir le message
            Ce n'est pas parce que je ne me connecte pas que je ne te lis
            je me régale de tes écris bravo et merci de tes sublimes partage ....
            mounir,

            Etre lecteur de tes écrits ou lu par toi, sans me questionner, juste le plaisir de partager...

            Merci d'être passé, d'avoir lu et commenté...

            Commentaire


            • #51
              coucou Amar !

              Les hommes sont des enfants
              ça , ça fait belle lurette que je m'en suis aperçue...
              mais toi tu le décris bien mieux que moi...
              vivre et laisser vivre...

              Commentaire


              • #52
                Envoyé par Nirina Voir le message
                ça , ça fait belle lurette que je m'en suis aperçue...
                mais toi tu le décris bien mieux que moi...
                Hum hum, du moins j'essaie...

                Commentaire


                • #53
                  Un jour, je t'ai rencontré

                  Depuis le jour où je t'ai rencontré,
                  Je ne vois plus la vie du bon côté,
                  Moi qui riais je ne fais que pleurer,
                  Moi qui rêvais j'ai perdu la beauté.

                  Tu voulais changé mon ciel étoilé,
                  Mes amitiés, mes jeux abandonnés,
                  Mes désirs, mes espoirs détournés,
                  Ma famille et mon pays j'ai quitté.

                  J'ai perdu ma liberté pour une illusion,
                  Et j'ai troqué mes passions d'enfant,
                  Pour le mirage d'une oasis asséchée,
                  Une belle image que tu m'as donnée,
                  Une promesse lâchée dans le courant,
                  Tout a disparu dans la lave en fusion.

                  octobre 2015

                  Commentaire


                  • #54
                    William Wordsworth disait:
                    L'enfant est le père de l'homme.
                    Merci pour cette agréable lecture
                    Amitiés

                    Commentaire


                    • #55
                      Envoyé par amarlekabyle Voir le message
                      Depuis le jour où je t'ai rencontré,
                      Je ne vois plus la vie du bon côté,
                      Moi qui riais je ne fais que pleurer,
                      Moi qui rêvais j'ai perdu la beauté.

                      Tu voulais changé mon ciel étoilé,
                      Mes amitiés, mes jeux abandonnés,
                      Mes désirs, mes espoirs détournés,
                      Ma famille et mon pays j'ai quitté.

                      J'ai perdu ma liberté pour une illusion,
                      Et j'ai troqué mes passions d'enfant,
                      Pour le mirage d'une oasis asséchée,
                      Une belle image que tu m'as donnée,
                      Une promesse lâchée dans le courant,
                      Tout a disparu dans la lave en fusion.

                      octobre 2015
                      Cioran disait:
                      L'art d'aimer ? C'est savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d'une anémone.
                      Merci pour le partage
                      Amitiés

                      Commentaire


                      • #56
                        Envoyé par Dad Allaoua Voir le message
                        Cioran disait:
                        L'art d'aimer ? C'est savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d'une anémone.
                        Merci pour le partage
                        Amitiés

                        Belle référence...

                        Merci d'être passé et d'avoir fait ce joli commentaire...

                        Cordialement,

                        Commentaire


                        • #57
                          Envoyé par Dad Allaoua Voir le message
                          William Wordsworth disait:
                          L'enfant est le père de l'homme.
                          Merci pour cette agréable lecture
                          Amitiés

                          Je ne connais pas William Wordsworth mais ce que je crois c'est que les enfants nous font grandir...

                          Merci de ton passage...

                          Cordialement,

                          Commentaire


                          • #58
                            Triste monde

                            Ce sont de braves gens,
                            Fiers comme bel Artaban,
                            Râleurs et beaux pourtant,
                            Peureux et parfois vaillants.

                            Ils dorment, sont indifférents,
                            Leur misère, c'était hier, avant,
                            Les larmes, le froid, mauvais vent,
                            Oubliés, dépassés, mistral gagnant.

                            Ils font ce qu'ils peuvent les pauvres gens,
                            Ils sont perdus, déconnectés, avides perdants,
                            Ils tètent le sang des pauvres comme des serpents,
                            Ils sont pauvres mais poussent comme du chiendent.

                            octobre 2016

                            Commentaire


                            • #59
                              Chacun dans son coin

                              Sous couvert et de codes sociaux,
                              De mauvaise augure tels corbeaux,
                              Repliés derrière leur ligne Maginot!,
                              Errant à l'abri leur chaud manteau.

                              Et chacun dans sa bulle isolé, esseulé,
                              Assuré, protégé, guindé, ma foi friqué,
                              Leur frère différent masqué et oublié,
                              Port de tête et allure d'homme arrivé.

                              Parfois j'ai envie de leur crier, de hurler,
                              C'est inutile ils sont sourds, anesthésiés,
                              On leur a assuré une vie embourgeoisée,
                              Afficher un air blasé, une fortune assurée.

                              octobre 2015
                              Dernière modification par amarlekabyle, 08 February 2017, 02h54.

                              Commentaire


                              • #60
                                Amar,
                                Ton poème me renvoie à celui de Victor Hugo :
                                "Il s'en va dans l'abîme et s'en va dans la nuit.
                                Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit."


                                Triste est le sort de beaucoup d'êtres... ces êtres qui subissent la vie. Ils n'ont rien demandé pourtant !

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X