Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Poesie - Amarlekabyle

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #61
    Envoyé par amarlekabyle Voir le message
    Sous couvert et de codes sociaux,
    De mauvaise augure tels corbeaux,
    Repliés derrière leur ligne Maginot!,
    Errant à l'abri leur chaud manteau.

    Et chacun dans sa bulle isolé, esseulé,
    Assuré, protégé, guindé, ma foi friqué,
    Leur frère différent masqué et oublié,
    Port de tête et allure d'homme arrivé.

    Parfois j'ai envie de leur crier, de hurler,
    C'est inutile ils sont sourds, anesthésiés,
    On leur à assurer une vie embourgeoisée,
    Afficher un air blasé, une fortune assurée.

    octobre 2015
    " L'indifférence, elle te tue à petits coups, l'indifférence. ", te dira Bécaud.

    Il y a de quoi se remettre en question.

    Commentaire


    • #62
      Envoyé par zeana Voir le message
      Amar,
      Ton poème me renvoie à celui de Victor Hugo :
      "Il s'en va dans l'abîme et s'en va dans la nuit.
      Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit."


      Triste est le sort de beaucoup d'êtres... ces êtres qui subissent la vie. Ils n'ont rien demandé pourtant !

      Oh zeana, je suis...flatté de te renvoyer à ce grand homme...

      Oui ils n'ont rien demandé, eux, dans le froid, la nuit, l'indifférence, ils se sont rabattus sur les animaux...

      C'est la froideur des humains, certes leur manque de combattivité (?) qui les a conduit dans un tunnel...

      Les humains que nous sommes ne sont pas étrangers à la misère et à la détresse humaine...

      Chacun fait ce qu'il peut, beaucoup contribuent à faire perdurer un système de société...

      Commentaire


      • #63
        Envoyé par zeana Voir le message
        " L'indifférence, elle te tue à petits coups, l'indifférence. ", te dira Bécaud.

        Il y a de quoi se remettre en question.
        Et il avait raison le bougre...

        Joli commentaire, merci à toi...

        Commentaire


        • #64
          Je ne vous aime pas

          Je me sentais si seul,
          J'ai voulu aimer, leurre,
          J'ai déchanté,et malheur,
          J'ai retrouvé larmes, pleurs.

          Je l'aime ma solitude, je l'aime,
          Elle seule comprend mon âme,
          Elle seule ravive douce flamme,
          En moi le seul vrai doux dilemme.

          Naître seul, dépérir et finir seul,
          Un sort à nul autre pareil linceul,
          L'un se résigne à la vie en fauteuil,
          L'autre choisit de faire vie son deuil.

          novembre 2015

          Commentaire


          • #65
            Chesterton disait:
            Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.

            Merci pour le partage
            Amitiés

            Commentaire


            • #66
              Merci pour cette agréable lecture
              Amitiés

              Commentaire


              • #67
                Envoyé par Dad Allaoua Voir le message
                Merci pour cette agréable lecture
                Amitiés
                C'est agréable d'être lu par toi...

                Merci d'être passé...

                Commentaire


                • #68
                  Envoyé par Dad Allaoua Voir le message
                  Chesterton disait:
                  Le moyen d'aimer une chose est de se dire qu'on pourrait la perdre.

                  Merci pour le partage
                  Amitiés

                  Merci pour tes commentaires...

                  Cordialement,

                  Commentaire


                  • #69
                    La valse algérienne

                    C'est la danse des khorotos du bled et d'ailleurs,
                    Ils ont beau ramasser, ils cachent leurs douleurs,
                    Pérorent, ouvrent leur queue de paon, menteurs,
                    Hypocrites, voleurs, frimeurs, fiertés de malheur.

                    Hommes de peu de foi, derrière l'islam des violeurs,
                    A les entendre brailler entre larmes, sang et sueur,
                    Ils chantent, font louange, commercial et vendeur,
                    Ils naviguent entre paranoïa, sans âmes ni coeurs.

                    Castrés, brimés, fauchés, volés, nargués, rancoeurs,
                    Ils habillent leur détresse et leur solitude de bonheur,
                    Les écouter bramer comme le cerf tué par le chasseur,
                    Dépecé, cuit et dévoré, leurs misérables vies noirceur.

                    novembre 2015

                    Commentaire


                    • #70
                      Envoyé par amarlekabyle Voir le message
                      C'est la danse des khorotos du bled et d'ailleurs,
                      Ils ont beau ramasser, ils cachent leurs douleurs,
                      Pérorent, ouvrent leur queue de paon, menteurs,
                      Hypocrites, voleurs, frimeurs, fiertés de malheur.

                      Hommes de peu de foi, derrière l'islam des violeurs,
                      A les entendre brailler entre larmes, sang et sueur,
                      Ils chantent, font louange, commercial et vendeur,
                      Ils naviguent entre paranoïa, sans âmes ni coeurs.

                      Castrés, brimés, fauchés, volés, nargués, rancoeurs,
                      Ils habillent leur détresse et leur solitude de bonheur,
                      Les écouter bramer comme le cerf tué par le chasseur,
                      Dépecé, cuit et dévoré, leurs misérables vies noirceur.

                      novembre 2015
                      Paul Valéry disait:
                      Le lion est fait de mouton assimilé.

                      Je pense que les hommes sont fait de leurs contradictions
                      Merci pour le partage
                      Amitiés
                      Merci

                      Commentaire


                      • #71
                        Envoyé par amarlekabyle Voir le message
                        C'est la danse des khorotos du bled et d'ailleurs,
                        Ils ont beau ramasser, ils cachent leurs douleurs,
                        Pérorent, ouvrent leur queue de paon, menteurs,
                        Hypocrites, voleurs, frimeurs, fiertés de malheur.

                        Hommes de peu de foi, derrière l'islam des violeurs,
                        A les entendre brailler entre larmes, sang et sueur,
                        Ils chantent, font louange, commercial et vendeur,
                        Ils naviguent entre paranoïa, sans âmes ni coeurs.

                        Castrés, brimés, fauchés, volés, nargués, rancoeurs,
                        Ils habillent leur détresse et leur solitude de bonheur,
                        Les écouter bramer comme le cerf tué par le chasseur,
                        Dépecé, cuit et dévoré, leurs misérables vies noirceur.

                        novembre 2015
                        Une valse à trois strophes
                        Qui offre aux lecteurs
                        Un piètre tableau
                        D'un monde désenchanté

                        J'entends Brel chanter sa Valse à mille temps.

                        Commentaire


                        • #72
                          Envoyé par Dad Allaoua Voir le message
                          Paul Valéry disait:
                          Le lion est fait de mouton assimilé.

                          Je pense que les hommes sont fait de leurs contradictions
                          Merci pour le partage
                          Amitiés
                          Merci
                          Qu'il est doux de les leur murmurer...

                          Cordialement,

                          Commentaire


                          • #73
                            Envoyé par zeana Voir le message
                            Une valse à trois strophes
                            Qui offre aux lecteurs
                            Un piètre tableau
                            D'un monde désenchanté
                            J'entends Brel chanter sa Valse à mille temps.
                            Réponse sms...

                            Polaroïd, référence élogieuse, merci...

                            Commentaire


                            • #74
                              Mon reflet dans tes yeux

                              J'aime par dessus tout mon image à tes côtés,
                              Avec toi, pour te garder, j'ai appris à m'oublier,
                              Pour n'en retenir que le meilleur de ces années,
                              Tous ces moments passés près de toi à t'aimer.

                              C'est toi qui m'a montré les chemins escarpés,
                              Chemins rudes et qui font ton bonheur explosé,
                              Sentiments égarés, peines jetées, larmes couler,
                              Promesses fêlées, paroles foulées, rires étouffés.

                              C'est la plus belle chose qui me soit arrivé, t'aimer,
                              Sans jamais par la vie perdre ce goût de toi aimer,
                              Ton image pour toujours dans ma mémoire gravée,
                              Nos solitudes dans un monde à jamais pour esseulés.

                              novembre 2015
                              Dernière modification par amarlekabyle, 14 April 2017, 08h21.

                              Commentaire


                              • #75
                                Que ce tendre halo
                                jamais ne cessera
                                de briller !

                                Ad vitam æternam.

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X