Annonce

Réduire
Aucune annonce.

un arrêt

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Lydia
    a crée une discussion un arrêt

    un arrêt

    le mur de pierre à hauteur d’enfant donne à voir la verte colline
    Où Tes yeux aimaient voir au loin;
    À cote de moi les gravats jonchent la courette,
    La maison délabrée deux pieces en enfilade a entendu tes rires et deviné tes pensées …
    les tiennes et celles de tes frères et soeurs..
    je regarde ces murs si étroits...
    QUI était ta mere à laquelle je ressemble tant ?
    mon fils a tes traits mais je lis dans son regard de l’affection, non le délire hagard
    L’étau de ce temps m’étreint le Coeur..
    ici tu jonglais avec la vie en contrebas, funambule de la mort,

    tu as continué à te mourir à petit feu..sciemment.

    Cette terre noire ne rida pas tes yeux rieurs, les volcans éteins avaient seulement endormi ta conscience…
    tant pis ..

    tu m’as donné les clés de ton héritage,je ne l'ai su que les jours de ta mort .....
    je les porte avec courage… …

    que de temps perdu....

  • grandhomme
    a répondu
    Envoyé par Lydia Voir le message
    merci à toi Mo

    et à toi rana
    bravo pour l'arret cardiaque

    Laisser un commentaire:


  • Dad Allaoua
    a répondu
    Merci pour cette agrèable lecture
    Amitiés

    Laisser un commentaire:


  • amarlekabyle
    a répondu
    Envoyé par Lydia Voir le message
    le mur de pierre à hauteur d’enfant donne à voir la verte colline
    Où Tes yeux aimaient voir au loin;
    À cote de moi les gravats jonchent la courette,
    La maison délabrée deux pieces en enfilade a entendu tes rires et deviné tes pensées …
    les tiennes et celles de tes frères et soeurs..
    je regarde ces murs si étroits...
    QUI était ta mere à laquelle je ressemble tant ?
    mon fils a tes traits mais je lis dans son regard de l’affection, non le délire hagard
    L’étau de ce temps m’étreint le Coeur..
    ici tu jonglais avec la vie en contrebas, funambule de la mort,

    tu as continué à te mourir à petit feu..sciemment.

    Cette terre noire ne rida pas tes yeux rieurs, les volcans éteins avaient seulement endormi ta conscience…
    tant pis ..

    tu m’as donné les clés de ton héritage,je ne l'ai su que les jours de ta mort .....
    je les porte avec courage… …

    que de temps perdu....
    Très joli...

    Laisser un commentaire:


  • Lydia
    a répondu
    merci à toi Mo

    et à toi rana

    Laisser un commentaire:


  • Rana
    a répondu
    Tres joli
    J'aime ce dialogue (a sens unique je dirai) avec cet etre cher a ton coeur qui n'est plus helas...qui ne repond plus..
    La description et les mots sont bien choisis...
    Je m'y trouve un peu par mes pensees dedant.

    choukran.

    Laisser un commentaire:


  • mo_hdf
    a répondu
    merci du partage

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X