Vous confondez la vie et la mort

Vous confondez la vie et la mort !
Nous sommes des êtres au cœur doux
Vivant dans le calme sans remords
Loin de l’odeur des pets des loups.

On nous expose à la foudre de guerre
En nous rendant un sujet de la raillerie
Qu’on expose par un langage vulgaire
Dans un lieu où on tasse les vieilleries.

On est des êtres libres ! On proteste
Contre la façon de voir les sous espèces,
Sur la gravitation des sphères célestes
La lumière qui nous élève vous rabaisse

Vous restez confiné à l’aveuglement,
Vos discours ridicules et vides de sens
Vous noient dans le feu, le meuglement
Ne résonne que dans votre effervescence.

On a saisi l’inanité de vos propos !
Ce que vous produisiez devient inutile,
Car, on sait que sous vos chapeaux
Se cachent des venimeux reptiles.

Sans être naïfs, on voit les flambeaux
Roulants et les semences de la fureur
Que vous répandiez sur l’air et sur l’eau
Par les mains sales des collaborateurs.

Dad Allaoua